Règles hygiéno-diététiques

RÈGLES HYGIÉNO-DIÉTÉTIQUES


Affiches HS 2019 07


Le surpoids et le tabagisme 

Ces facteurs sont des facteurs aggravants de l’HS et prédictifs d’une moins bonne réponse au traitement.

Malgré l’absence d’études de haut niveau de preuve sur l’intérêt du sevrage tabagique ou de la perte de poids dans l’amélioration de l’HS, ces deux mesures sont recommandées par de nombreux experts (Zouboulis JEADV 2016). 

Régimes alimentaires 

Plusieurs études observationnelles ont discuté du lien entre l’alimentation et l’HS. 

- Danby FW et al, rapportaient l’efficacité d’un régime sans produits laitiers chez 83% de 47 patients atteints d’HS (Danby FW 2010, Danby FW 2015). La réduction de la consommation des produits laitiers ainsi que celle des aliments à fort indice glycémique limiteraient la stimulation des androgènes, des hormones de croissances et d’autres facteurs favorisant l’hyperinsulinémie induisant ainsi une altération des glandes pilo-sébacées. 

Cette étude observationnelle ne comportait aucune donnée sur la sévérité de l’HS, les traitements concomitants et la définition de l’efficacité. Il n’y avait pas de groupe comparateur. 

- D’autres équipes se sont interessées à l’effet d’une alimentation riche en fibres sur les maladies inflammatoires chroniques (psoriasis, Crohn, uveite, HS,…). Elles suggèrent que les fibres alimentaires provenant des céréales, des fruits et des légumes sont métabolisées par le microbiote intestinal en acides gras à courte chaîne. En effet, sur un modèle expérimental de souris, la consommation régulière de fibres prévenait l’érosion de la muqueuse intestinale par le microbiote et permettait ainsi une réduction des effets inflammatoires (Desai 2016, Gibson 1993, Ijssennagger N 2016). 

- L’étude de la digestion de la viande rouge révèle que sa transformation en protéines, en gras et en soufre alimentaire peut favoriser l’inflammation à travers la réduction de liaisons disulfures au sein du mucus digestif et ainsi permettre la pénétration de bactéries commensales dans l’épithélium. Cette atteinte serait susceptible d’activer les toll like receptor (TLR) puis la voie inflammatoire NFkB (Hamer 2012, Windey K 2012). Une étude prospective incluant 320 participants atteints d’une maladie inflammatoire chronique (HS compris) traités par anti-TNFa, explore l’influence d’un régime riche en fibres et pauvre en viande rouge sur l’efficacité thérapeutique de la biothérapie. L’étude est en cours (Christensen R BMJ open 2018).


En résumé, le sevrage tabagique et la réduction pondérale sont recommandés. 

Aucun type de « régime alimentaire type » ne peut être actuellement recommandé, cependant une alimentation équilibrée est à encourager (5 fruits et légumes par jour, normosodée, riche en oméga 3).


Pansements

Lors de suppuration importante, des pansements adhésifs en périphérie, hydrocellulaires ou hydrofibres, permettent d’apporter une amélioration de la qualité de vie. Ils sont absorbants, non irritants et réduisent les odeurs.




L'arrêt du tabac doit bien évidemment être encouragé. 

L'arrêt du tabac doit être encouragé. 

La maladie de Verneuil étant significativement plus souvent associée à un tabagisme important, l’arrêt du tabac doit être encouragé et accompagné. 



Cependant, l'AFRH regrette de voir quelques médecins refuser catégoriquement de suivre certains malades tant qu'ils fumeront et/ou ne perdront pas de poids. Cette maladie est déjà très difficile à gérer physiquement mais aussi mentalement, ce n'est donc malheureusement pas ce genre de "chantage" qui aidera les malades à se rapprocher du corps médical…  

Les déodorants, surtout les sticks et les billes qui s’utilisent avec appui prononcé sur les aisselles, le rasage et l’épilation à la cire sont habituellement déconseillés. 



Copyright et autres scripts : Tous droits réservés Marie-France Bru-Daprés 1999-2020 / Carte du site / Politique éditoriale / Politique de confidentialité