Replay Printemps Maladies Inflammatoire Chroniques de la Peau

L’AFRH remercie chaleureusement tous les malades qui se sont investis à nos côtés et ont pris le temps de répondre au questionnaire du Printemps des Maladies Inflammatoires Chroniques de la Peau. Nous avons été 7273 volontaires,  dont un peu plus de 800 malades atteints de Verneuil à participer. Félicitations à chacun d’entre vous ! 

Merci au concepteur de ce projet, le Dr Charles Taïeb, au parrain le Pr Laurent Misery et la marraine le Pr Marie Aleth Richard ainsi qu'aux partenaires. 

Nous allons très vite revenir vers vous pour présenter, aprofondir et commenter d'autres résultats sur la maladie de Verneuil ! 

Voci en attendant le replay de la journée de ce 24 mars 2021 !



LOGO-PRINTEMPS-FINAL V2-768x953

La maladie de Verneuil, la dermatite atopique, le psoriasis, l’acné ou l’urticaire  sont des maladies cutanées chroniques bien plus fréquentes que ne le laisse penser l’écho qu’elles ont en termes de politique de santé publique en France depuis plusieurs décennies.

Nous constatons que l’impact de la maladie de peau sur la qualité de vie est négligé. Certains patients rencontrent des difficultés de prise en charge, voire des difficultés diagnostiques dans le cas de pathologies complexes, avec un accès difficile aux dermatologues.

Les maladies de peau inflammatoires et chroniques sont différentes de par leur origine, leur histoire, leur fréquence, l’expression de leurs symptômes, leur prise en charge, leur caractère chronique évoluant ou non par poussées.

Elles peuvent avoir en commun de nombreuses caractéristiques subies par le patient et les familles, comme le fort impact en termes de qualité de vie, de morbidité psychiatrique, de coût de prise en charge et de répercussions sur la vie personnelle et professionnelle.

Les maladies cutanées chroniques inflammatoires ont également en commun le fait de « s’afficher » et d’exclure souvent le sujet de son environnement social et/ou familial.

Paradoxalement, ces aspects sont souvent ignorés. Les maladies cutanées chroniques inflammatoires n’étant, fort heureusement, que rarement létales, ne sont pas considérées comme une priorité de santé publique par les autorités de santé.

Il y a environs 10 ans une évaluation du stress chez des patients souffrant de dermatoses inflammatoires et consultant auprès d’un dermatologue hospitalier avait été publié. Il a parût pertinent, aux associations de malades souffrant d’une maladie de peau chronique inflammatoire d’évaluer à nouveau le stress chez les patients qui souffrent.

Source : https://www.pmicp.org/


Copyright et autres scripts : Tous droits réservés Marie-France Bru-Daprés 1999-2020 / Carte du site / Politique éditoriale / Politique de confidentialité